Châteaubriant, baronnie, ville et paroisse



Accueil
Châteaubriant


Domaine de Rennes




19 juin 1560

Extrait de l’aveu de la baronnie de Châteaubriant.

Extrait des registres des aveux, pour la réformation des domaines, déposés aux archives de la préfecture de la Loire-Inférieure.

F° 1er. - C’est le mynu, aveu et dénombrement des maisons, terres, rentes, fiefs et juridiction de la baronnie, terre et seigneurie de Châteaubriant, ses appartenances et dépendences, tenue noblement et prochement du roy soubz la court et jurisdiction de Reynes, aux debvoir de foy et hommaige, rachapt et chambelinage quant le cas y advient ; de laquelle baronnye sont aprésent dépendant les seigneuries de Rougé-au-Tail et Rougé-Soullevache cy-après déclarées ; la dite baronnye appartenant à très-haut et très-puissant seigneur, messire Anne de Montmorency, pair, connestable et premier baron de France, chevalier de l’ordre, seigneur et baron de la dite baronnye de Châteaubriant, Candé, Derval, Vioreau, Rougé, Yssé, etc.

Lequel mynu le dit duc baille et présente au roy, son souverain seigneur, François, second de ce nom.

Lequel mynu il présente à son souverain seigneur vray et absolu en la chambre des comptes en Bretaigne, suivant les ordonnances et coustumes du dit pays.

Le chasteau du dict lieu avecques ses tours, veues, galleries, chappelles et enclos de douves garnies d’eaues à l’entour et environs, et la ville du dict Châteaubriant, close de murailles s’entretenantes, habitantes et comme sont assis et situez ; la dicte ville garnie de quatre portes fermantes à herces et pont-levis ; en laquelle ville y a halles, four, prinsons et forteresses, le tout situé en la paroisse de Saint-Jehan-de-Béré.

Le parc du dict lieu clos de murailles auquel y a maisons, jardins et logis de plaisance et bisches, daims, grands cerfs, reffuges à connis, parc, boais ancien et taillable et de revenu, prez et aultres héritaiges (1), contenant mille journaulx de terre ou environ, joignant les douves du dict chasteau et l’estang de Choaicheu et le chemin comme l’on va de Châteaubriant au Druylay d’ung et autre costé.

Le boais appellé le boais du Droaillay tant de haulte fustaye que taillable et les landes des environs, contenant tant le dict boais que landes environ deux mil journaux de terre, joignant d’un costé au dict parc de Châteaubriant et d’aultre costé au chemin pour aller du dict Châteaubriant à la forêt de Juigné.

L’estang du dict Choaicheu estant aux enclos et environs du dict chasteau et parc comme se poursuilt et contient avec sa suilte et poursuilte descendant de l’estang et ripvière de Souldan avecques sa chaussée (2) jusques au moullin de la Torche qui est en la dicte ville et entre les murailles d’icelle.

Item. - Une pièce de terre en pré nommé le pré….. (3)

F° 2. - V° Item. - Deux moullins scis en la dicte parroisse de Béré, en la dicte ville de Châteaubriant, ô leurs apartenances, estangs et destroicts ; l’un d’iceux appelle le moullin de la Torche et l’autre le moullin de Couairé, joignant la porte de la dicte ville, appellée la porte de Couairé.

Item. - Ung aultre moullin scis en la dicte paroisse, etc ………………………..........................


Signé : A. DE MONTMORENCY.







Compteur