Châteaubriant, baronnie, ville et paroisse



Accueil
Chapitre IV

Notes de la page 1




1. Par M. le vicomte Walsh, dans son ouvrage, très-intéressant d'ailleurs, intitulé : le Fratricide ou Gilles de Bretagne.

2Biographie Bretonne ; V° Dinan.

3. Voici comme Françoise de Dinan raconte elle-même cette partie de sa vie, dénaturée à plaisir de nos jours : « Et tantôt après ce (ses fiançailles avec le seigneur du Gâvre) alla feu mondit seigneur et père de vie à trépassement, et demeurait en bas âge et en la garde de madite dame et mère, d'entre les mains de laquelle je fus depuis prise par Monseigneur Gilles de Bretagne, lequel me voulut avoir en mariage, et toujours depuis m'a détenue jusqu'à sa prise dernièrement au château du Guildo ; lequel Monseigneur Gilles est allé de vie à trépassement sans ce que ledit mariage d'entre lui et moi fut ni ait été jamais accompli ni consommé, pour mondit bas âge. » (D. Morice, Preuves, II, 1522.)

4. Gilles de Bretagne, en enlevant Françoise de Dinan, s'était en effet emparé de toutes les terres de cette jeune fille, et jouissait en conséquence de la baronnie de Châteaubriant.

5. Voici les termes de cette lettre : « car mondit seigneur Gilles est et sera lui et ses places au bien et service du roi (d'Angleterre). » D. Morice, Preuves, II, 1374, 1380-1382 – Biographie bretonne.







Compteur