Châteaubriant, baronnie, ville et paroisse



Accueil
Chapitre VI

Notes de la page 1




1. Jean de Laval était doublement parent de la reine-duchesse, car les maisons de Laval et de Rieux avaient toutes les deux contracté des alliances avec la famille ducale de Bretagne.

2. Ayant hérité de la vicomté de Plurhan, en l'évêché de Saint-Brieuc, possédée par Jacques de Laval, son oncle, il prit aussi parfois le titre de comte de Plurhan.

3. Anne de Bretage et Françoise de Foix étaient cousines à la mode de Bretagne, la reine étant elle-même fille de Marguerite de Foix.

4. Il n'est pas certain que le mariage même de Jean de Laval ait eu lieu à Morlaix, en 1505, comme le dit D. Lobineau. Il est, au contraire, fort probable que ce mariage, retardé pour des raisons qui nous sont demeurées inconnues, peut-être pour cause de parenté entre les conjoints, ne fut célébré qu'en 1509, ainsi que l'assure le P. du Paz. Ce qui confirme ce dernier sentiment, c'est le titre de « socie seu dilecte » compagne ou amie au lieu d'« uxoris, » épouse, donné en 1508 à Françoise de Foix relativement à Jean de Laval, à l'occasion de la naissance de leur fille Anne de Laval. (V. plus bas l'extrait de baptême de cette enfant.)

5. Dans son livre : les Amours de François I, - ouvrage plus sérieux que ne semble l'indiquer son titre, - M. de Lescure vient de publier une étude très-intéressante sur Françoise de Foix ; c'est à notre avis un excellent résumé de tout ce qui a été écrit sur cette illustre dame.

6Histoire de Bretagne, par D. Lobineau, p. 837.

7. Voici l'acte de baptême d'Anne de Laval, conservé de nos jours aux archives de la ville de Châteaubriant. 19a Martii anno 1507° (selon l'ancienne supputation) supra fontes sacros existentes in capella existenti in castro Castri Brientii nobilis damoisilla Anna filia nobilis et potentissimi domini temporalis Castrobrientis et nobillissime damoisille Francisce de Foys ejus socie seu dilecte. Patrinus ejus fuit nobilis vir Petrus dominus temporalis de Rohan ; matrine vero Giletta de Coasnon domina d'Assigné et Francisca de la Bouexière. »

8Histoire généalogique de Bretagne, par du Paz.

9Récit des funérailles d'Anne de Bretagne, 44, etc.

10Réfutation de la prétendue histoire du comte et de la comtesse de Châteaubriant, par Pierre Hévin. Ce travail du savant jurisconsulte breton est très-intéressant et prouve trés-bien que Jean de Laval n'assassina point sa femme ; mais Hévin va trop loin dans sa défense, lorsqu'il soutient que Mme de Châteaubriant n'eut point de relations avec François I.

11Les Amours de Francois I, 195.







Compteur