Page d'accueil

Accueil
Familles
Aubourg de Boury
Boisjourdan (du)
Bruc (de)
Dusoulier
Duval de la Potterie
Granger
Hochedé de la Pinsonnais
Houssaye (de la)
Jarret de la Mairie
Lescu (l'Escu)
Moraud de Callac
Rouaud de Tréguel
Rousseau de Chamoy
Saint Pol (de)
Villoutreys de Brignac (de)
Documents
ActesEnVrac
Alençon, les registres
Alençon, les protestants
Anciennes photos
Châteaubriant, le livre
Faire-part de décès
Faire-part de mariage
Officiers des fermes en 1720
Souvenirs mortuaires
Index de revues

Blog d'Archives
Divers
Cartes de Bretagne
Héraldique
Hastings
La généalogie du Christ
Le Trèfle
Les liens
www.pinsonnais.org
Rechercher sur le site
Ecrire un mess@ge
A propos du site
L'auteur
Livre d'or
Sites amis
La Sigillothèque
Tudchentil
Noblesse Bretonne
HéraldiqueGenWeb

La famille Rousseau de Chamoy


Filiation Rousseau de Chamoy - Page 1


I Girard Rousseau, chevalier, vivait vers 1200. Il est dit père de Pierre, qui suit, dans un acte de 1259.

II Pierre Rousseau, chevalier, possédait des biens dans le territoire et lieu d'Estalante, duché de Bourgogne, et avait les dimes dans les lieux et finages de Fontaine-lès-Dijon, de Pouilly et de St-Martin. Il vendit ces dîmes, avant 1253, à Eudes le Riche, chevalier, lequel les revendit la même année à Hugues, IVème du nom, 8ème duc de Bourgogne, de la première race, et comte de Châlons : ce prince les donna en échange, par acte de 1254, aux abbés et religieux de St-Etienne de Dijon. Dans les actes d'acquisition et d'échange de ces dîmes, ledit Pierre Rousseau est qualifié Messire et Chevalier. Il vendit, en 1259, au même Hugues IV, les biens qui lui appartenaient dans le finage et lieu d'Estalante : dans cet acte, il a la qualité de Chevalier, et il y est dit fils de Girard Rousseau. Le nom de sa femme n'est pas connu, mais suivant le temps, il fut père de Huet, qui suit.

III Huet Rousseau, qui est qualifié Archer du Roi dans des Lettres Patentes de Philippe le Bel, de 1288, par lesquelles ce monarque lui fait don d'un manoir qu'il avait à Luthy, et d'autres héritages mentionnés dans ces mêmes lettres, à la charge que lui et ses successeurs, pour raison de cette libéralité, donneraient à Sa Majesté six flèches chaque année. Il laissa :

IV Etienne Rousseau, vivant en 1300, qui possédait un fief dans la châtellenie de Bleneau, située dans le voisinage du comté de Tonnerre, lequel relevait directement de la seigneurerie de Villeneuve-le-Roi, et en arrière-fief de la châtellenie de Bleneau. Il ne vivait plus en 1350, et laissa, entre autres enfants :
  1. Etienne, qui suit,
  2. Pierre, qui servait, en 1370, en qualité de Chevalier-Bachelier, dans la compagnie de Bertrand du Guesclin, comte de Longueville et de Bourges, Connétable de France, composée de 23 Chevaliers-Bacheliers et de 270 écuyers, comme il est prouvé par le montre de cette dite Compagnie, dont la revue fut faite à Caen le 1er décembre 1270.
V Etienne Rousseau, IIème du nom, écuyer, était mineur en 1350, ainsi qu'il est justifié par un hommage en forme d'aveu et dénombrement, rendu le vendredi après la Toussaint 1350, par Jean de Courtenay, sire de St-Briéon et de Champignelle, pour ce que "son cher et aimé oncle Monsieur Jean de Saint-Verain, sire de Bleneau, tenait de lui en fief", par la raison que la terre de Bleneau avait été donnée en son fief audit Jean de Saint-Verrain. Cet aveu fut rendu à la comtesse douairière de Bar, pour raison de la châtellenie de Bleneau, relevant de cette princesse, à cause de sa terre de Puisaye, et l'on voit dans cet aveu que plusieurs gentilhommes tenaient leurs fiefs et arrière-fiefs de laditte châtellenie de Bleneau : parmi ces gentilhommes sont compris les enfants de feu Etienne ; ce qu'il fait connaître qu'ils étaient en minorité. Il est probable qu'Etienne II eut pour enfants :
  1. Guiot, qui suit,
  2. Jean, qui obtint des lettres d'abolition en 1448.
VI Guiot ou Gui Rousseau suivit le parti de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, sous les ordres de Jacques, Seigneur d'Aumont, de Meru et de Chapt, Conseiller, chambellan de ce prince, et sous le commandement de Philibert de Vaudrey, gouverneur du Tonnerois, lequel fut mandé, ainsi que le Seigneur d'Aumont, au moi de mai 1432, par le duc de Bedford, régent du royaume, de venir avec lui servir au siège de Lagny, avec leurs Compagnies, qui étaient de 4 à 500 combattants, hommes d'armes et de trait, et qui y furent jusqu'au 28 août suivant.

VII. Etienne Rousseau, IIIe du nom, qui quitta le comté de Tonnerre, & vint s'établir en Berry. Il fut seigneur de la Corbillière en Berry, du fief de Brandon en Touraine, du chef de sa femme, & du fief de Candé. Il naquit vers 1460. Etant originaire du comté de Tonnerre, ainsi qu'on l'a vu ci-dessus, et d'une des plus nobles & des plus anciennes familles de Bourgogne, comme cadet de cette Maison, il eut une fortune peu confidérable. C'est depuis cet Etienne que la filiation esl prouvée par titres authentiques. Il suivit le parti des armes, & s'attacha dans la suite, en qualité d'Ecuyer, à René de Beauvilliers, Comte de Saint-Aignan & de Tonnerre, qu'il accompagna ; et vers 15OO, il s'établit en la ville de St.-Aignan en Berry, sur la rivière de Clère, où le Comte, en récompense de ses services, lui donna l'office de Bailli de St-Aignan,comme il conte par une enquête faite le 27 Juin 1586, par René, son petit-fils. Ledit Etienne épousa Jeanne de Bellier, dame de Brandon en Touraine, que l'on croit être issue de Guillaume, écuyer, capitaine & Garde du Château de Chinon, Bailli de Troyes, Maître d'Hôtel du Roi, Grand Veneur de France & Maître de la Vénerie de Sa Majesté en 1421, & d'Anne de Maillé. Ils ne vivaient plus le 23 décembre 1532, que leurs enfants partagèrent leurs successions, savoir :
  1. Etienne, qui suit,
  2. Jacques, auteur de la branche des Seigneurs de Brandon, rapportée ci-après,
  3. Antoine, tige de celle des Seigneurs de Lestang, dont il sera parlé en son rang,
  4. Jeanne, morte sans alliance.
VIII. Etienne Rousseau, IVe du nom, écuyer, seigneur de la Corbillière, partagea noblement les successions de ses père & mère avec ses frères & sa soeur, devant Renaudet, Notaire & Tabellion en la Cour du Comté de St.-Aignan, le 23 décembre 1532, et épousa, par contrat du 2O janvier 1540, passé en la ville de St.-Aignan devant Gabriel Daussainet, Notaire, Catherine de Rouan, fille de Pierre, écuyer, sieur de Pechonet, & de Catherine Brebier. Ses frères et sa soeur furent présents à ce contrat de mariage. Il eut :
  1. Gabriel, qui suit,
  2. Claude, Licencié ès Lois, Conseiller du Roi au Siège Royal de Loches en Touraine, préscnt au contrat de mariage de son frère aîné.
IX. Gabriel Rousseau, écuyer, seigneur de la Grandchardon, fut présent au contrat de mariage de Charlotte, sa cousine germaine, fille de Jacques, et épousa, par contrat du 13 avril 1585, Jeanne Ricoul, fille de Louis, & de Sylvie Ginet, dont :
  1. Gabriel, qui suit,
  2. Louis, Ecuyer, Sieur du Menil.
X. Gabriel Rousseau, IIe du nom, écuyer, sieur de la Gorre & de Villejoin, épousa, par contrat du 18 juin 1618, passé à Blois devant René Boutault, notaire, Jeanne Boullais, nièce de Gabriel, écuyer, Archer des Gardes-du-Corps du Roi, fille de Louis et de Marie le Marié, de la ville de Blois. Son père assista à son contrat de mariage, ainsi que Louis, son frère, et les parents de sa femme. Il ne vivait plus en 1653, et laissa :
XI. Gabriel Rousseau, IIIe du nom, écuyer, sieur de la Gorre et de Villejoin, Gentilhomme de S.A.R. Gaston de France, qui épousa, par contrat du 9 novembre 1653, Marie Baudron, fille d'Antoine, de la ville de Blois. Il était mort avant le 19 septembre 1699. Son épouse lui survécut, et leurs enfants furent :
  1. Gabriel, qui suit,
  2. Pierre, écuyer, seigneur de Souvigny, chevalier de St.-Louis, & Capitaine dans les troupes de l'Isle Royale ; il vivait encore le 10 janvier 1733, qu'il fut présent au contrat de mariage de Gabriel, Ve du nom, son neveu. Il avait épousé Jeanne de la Tour, dont :

    1. Pierre, écuyer, Seigneur de Souvigny, Enseigne dans les troupes de l'Isle Royale, tué au premier siége de Louisbourg,
    2. Marie-Josèphe, mariée à N... de Chaffin de Thierry, Chevalier de St.-Louis, Capitaine d'Infanterie, mort à Louisbourg ;
    3. Charlotte, mariée à N... le Neuf, écuyer, Seigneur de la Vallière aussi Capitaine dans les troupes des Colonies.

  3. Charles-Emmanuel, Ecuyer, Sieur d'Orfontaine, Lieutenant de Vaisseau, tué dans un combat naval,
  4. Marie-Anne ou Anne-Marie, qui fut mariée,
  5. Marguerite, morte à Blois, sans alliance.
 
 
 
© 1998-2010 A. de la Pinsonnais - Màj : 13 juin 2010