Page d'accueil

Accueil
Familles
Aubourg de Boury
Boisjourdan (du)
Bruc (de)
Dusoulier
Duval de la Potterie
Granger
Hochedé de la Pinsonnais
Houssaye (de la)
Jarret de la Mairie
Lescu (l'Escu)
Moraud de Callac
Rouaud de Tréguel
Rousseau de Chamoy
Saint Pol (de)
Villoutreys de Brignac (de)
Documents
ActesEnVrac
Alençon, les registres
Alençon, les protestants
Anciennes photos
Châteaubriant, le livre
Faire-part de décès
Faire-part de mariage
Officiers des fermes en 1720
Souvenirs mortuaires
Index de revues

Blog d'Archives
Divers
Cartes de Bretagne
Héraldique
Hastings
La généalogie du Christ
Le Trèfle
Les liens
www.pinsonnais.org
Rechercher sur le site
Ecrire un mess@ge
A propos du site
L'auteur
Livre d'or
Sites amis
La Sigillothèque
Tudchentil
Noblesse Bretonne
HéraldiqueGenWeb

La famille Hochedé de la Pinsonnais


Le château de la Pinsonnais


En décembre 1633, Loys de la Touche et son épouse, Jehanne d'Achon, rendent aveu à Henri de Bourbon pour leurs terres situées en la paroisse de Nozay. Ces terres comprennent la maison noble de la Pinsonnais, que Jehanne d'Achon avait reçu de son premier mariage, en 1603, avec Jan du Fesche. L'aveu comporte une description (très) sommaire de la maison noble de la Pinsonnais, qui consiste en salles basses, cuisine et selliers aux costés, chambres hautes et greniers au dessus, grange et escurie avec le logement du métayer au devant, et jardins au derriere. A cette époque, la Pinsonnais était donc une simple gentilhommière flanquée d'une ferme faisant office de communs.

Carte de Cassini
Carte de Cassini

Plus tard, la Pinsonnais échoira à la nièce de Jehanne d'Achon, Anne d'Achon, qui épousera Julien Urvoy du Coudray. Leur fille, Louise, épousera vers 1672 Louis Davy des Ormeaux, avocat au Parlement et sénéchal de Nozay. C'est Claude, leur fille aînée, qui recevra la Pinsonnais en 1691, à l'occasion de son mariage avec Jacques Hochedé de Bellair. Leur fils, Jacques II, sera le premier à porter le nom d'Hochedé de la Pinsonnais.

Après avoir longtemps été passée par les femmes, la Pinsonnais sera maintenant transmise de père en fils, ou de frère à frère. Quelques mois avant la Révolution, son propriétaire, François Hochedé de la Pinsonnais, meurt. Sans héritier mâle, il décide de laisser la Pinsonnais à son plus jeune frère, Vincent Guy. Ce même Vincent a épousé Jacqueline Duval de la Poterie, d'une famille normande. Il semble que ce soit la soeur de celle-ci qui, célibataire et habitant chez son beau-frère de la Pinsonnais, lui offrira de restaurer sa propriété, en ajoutant une aile au château, en faisant raser la ferme y attenant et qui servait de dépendances, et en bâtissant de nouveaux communs.

Chateau de la Pinsonnais

La Pinsonnais prendra donc au début du XIXème siècle son aspect actuel, et sera réputée pour avoir l'un des plus beaux parcs de la région. Une chapelle dédiée au Sacré-Coeur sera élevée en 1886.

Aujourd'hui, après avoir été occupée (et pillée ?) par les Allemands durant la Seconde Guerre Mondiale, et très peu entretenue durant plusieurs années, la Pinsonnais revit, et est toujours habitée par la même famille depuis plus de trois cent ans.
© 1998-2010 A. de la Pinsonnais - Màj : 13 juin 2010