Page d'accueil

Accueil
Familles
Aubourg de Boury
Boisjourdan (du)
Bruc (de)
Dusoulier
Duval de la Potterie
Granger
Hochedé de la Pinsonnais
Houssaye (de la)
Jarret de la Mairie
Lescu (l'Escu)
Moraud de Callac
Rouaud de Tréguel
Rousseau de Chamoy
Saint Pol (de)
Villoutreys de Brignac (de)
Documents
ActesEnVrac
Alençon, les registres
Alençon, les protestants
Anciennes photos
Châteaubriant, le livre
Faire-part de décès
Faire-part de mariage
Officiers des fermes en 1720
Souvenirs mortuaires
Index de revues

Blog d'Archives
Divers
Cartes de Bretagne
Héraldique
Hastings
La généalogie du Christ
Le Trèfle
Les liens
www.pinsonnais.org
Rechercher sur le site
Ecrire un mess@ge
A propos du site
L'auteur
Livre d'or
Sites amis
La Sigillothèque
Tudchentil
Noblesse Bretonne
HéraldiqueGenWeb

La famille du Boisjourdan


Filiation prouvée (suite)

V Jean du Boisjourdan, seigneur du Boisjourdan, de l'Hommaye, de Montavallon, du Boulay, de l'Hommaye, maître d'hôtel du duc d'Alençon, puis panetier [1] de Charles VII et de Louis XI par lettres du 15 novembre 1457, décédé après 1485 [2], épouse [3] le 30 août ou le 20 avril ou le 20 septembre 1437 devant Hocquedé et Leroy, notaires royaux à Château-Gontier Jeanne Haltry, fille de Macé Haltry, sieur d'Aligné (près de Laval) et de la Patrière [4], et de Guillemette de la Croix [5]. Le 3 avril 1439 [6], ils vendent à Guillaume Haltry, frère de Jeanne, la succession à échoir de Jean Haltry pour 600 livres tournois. Le 24 août suivant, Jean du Boisjourdan reconnait dans un acte qu'il employé cette somme à retraire le domaine et dépendances de Malabry et qu'au cas où il décède, ce lieu de Malabry appartiendra à sa femme ou ses héritiers à charge de relever à foi et hommage lige et 20 sols de devoir des fiefs du Boisjourdan. Sa femme reçoit une rente de 40 sols qu'il place sur les terres du Boisjourdan ou de Montavallon. Jean rend aveu pour le Boisjourdan le 20 octobre 1455 à Jeanne de Laval, dame de Bouère. Le 20 février 1458, il partage avec son beau-frère la succession de Macé Haltry et de Guillemette de la Croix. Le 30 avril 1478, il fait un arrangement avec le curé de Bouère au sujet de la chapelle de Notre-dame du Boisjourdan et de l'augmentatin de la rente. En septembre 1779, un acte en latin certifie qu'il avait obtenu sentence de l'official du Mans contre Jean Aussy, prêtre, qui avait oublié de recommander aux prières de la paroisse les ancêtres de Jean du Boisjourdan, bienfaiteurs de l'église de Bouère.
Le 2 janvier 1462, Jean s'était déssaisi en faveur de son fils Pierre de tous ses biens en s'en réservant l'usufruit [7].
Guillaume du Boisjourdan, tué le 14 juillet 1465 à la bataille de Montlhéry [8].
Pierre du Boisjourdan, qui suit.
Béatrice du Boisjourdan épouse le 7 septembre 1457 devant Robelot, notaire à Bouère Jean de Danneville (ou Garneville), écuyer, seigneur de Bretteville et de Quarteville en Normandie [9].
Anne [10] du Boisjourdan épouse par contrat du 5 avril 1477 devant Roqueton à Meslay Hector de Cervon [11], écuyer, seigneur des Arsis (Meslay), décédé après 1505, fils de Guillaume de Cervon et de Marie Nepveu, dame des Arsis.
A. Guyon de Cervon, chevalier, seigneur des Arcis, du Behuret, de laa Cropte et autres lieux, épouse le 13 avril 1501 Françoise des Escotais, fille de Michel des Escotais, écuyer, seigneur de la Chevalerie, et de Roberte de Champagné [12].
Jeanne du Boisjourdan épouse par contrat passé à Château-Gontier puis un autre du 29 novembre 1482 devant Heulin, notaire à Bouère, Pierre de Baubigné [13], seigneur de Chasnay (Grez-en-Bouère), décédé entre 1499 et 1506.
Suzanne du Boisjourdan épouse le seigneur de Bourgon [14].
Catherine du Boisjourdan, religieuse à Etival en 1471.
VI Pierre du Boisjourdan, seigneur du Boisjourdan, de l'Hommaye, de Montavallon et de Malabry (Bouère), présent à l'arrière ban d'Anjou en 1470 devant Monseigneur de Lorraine et à la montre de 1471 devant Guy de Laval [15] où il se présente en brigandinne avec deux chevaux, et où il déclare, comme procureur de son père, 70 à 80 livres de rente dont il doit 30 livres au seigneur des fiefs, 15 livres de rente à sa fille Béatrice du Boisjourdan, et 10 livres à catherine, religieuse, et à trois autres filles à marier. Il est décédé après 1494 [16], et avait épousé par contrat du 25 août 1485 devant Chates, notaire à Bourgnouvel, Guillemette Lenfant, fille de Guillaume Lenfant (ou L'Enfant), chevalier, seigneur de la Patrière (Courbeveille), et d'Isabeau de Brée.
Le 4 septembre 1485 [17], Guillemette Lenfant reçoit de son frère Guyon la somme de 200 écus d'or pour le reste de la succession de leurs parents. Le 16 avril 1493, Pierre du Boisjourdan rend aveu à Bouère. Le dit mai 1494, il reçoit l'aveu de Jean d'Ingrande, seigneur de Cormenant et de tucé, pour son fief de Tucé. Le 14 mars 1514, il reçoit l'aveu de Jean de la Haye, écuyer, seigneur de la Haye, pour la terre de la Sevaudière.
Philippe du Boisjourdan, qui suit.
Louise du Boisjourdan épouse [18] par contrat du 10 avril 1518 devant Le Bourdais, notaire à Sablé, Mathurin de la Genouillerie, seigneur de la Genouillerie (Saint-Brice).
Madeleine du Boisjourdan, religieuse cordellière à Saint-Julien de Château-Gontier en 1518 et fut de celles qui resta à Château-Gontier en 1566 lorsque les religieuses déménagèrent à Champigné [19].
Jeanne du Boisjourdan épouse par contrat du 5 juillet 1504 devant Paliczois, notaire à Bourgouvel, Pierre du Fay.
VII Philippe du Boisjourdan, seigneur du Boisjourdan, de l'Hommaye, de Montavallon, de Malabry, du Boulay, de Chanteloup et des Ruaux [20] (Bouère), épouse [21] le 2 février 1506 devant Gouraut, notaire à Angers, Anne Le Maczon, fille de Thibaut Le Maczon, sieur de Beauchesne, procureur du roi en Anjou, et de Catherine de Launay. En 1508, il est condamné à rendre aveu à Bouère, et le 28 septembre 1528, c'est lui qui reçoit l'aveu de François de Laval pour la Boulonnière, en Bouère.
Jean du Boisjourdan, qui suit.
Joachim du Boisjourdan, capitaine catholique [22], participe à plusieurs expéditions contre les protestants, dont celles du gouverneur de Bretagne, le comte de Martigues, comme maître de camp, en 1568 et 1569, ainsi qu'au siège de Poitiers [23] attaqué par l'amiral de Coligny, où il se distingue. Il sera gouverneur du château de Clisson (44) avant 1585, où il vivait encore en 1588 [24], et avait épousé Charlotte Regnard. SP.
Louis du Boisjourdan, prêtre, chanoine d'Angers, curé des Rosiers en 1565, de Bouère en 1570, résigne en 1597, devient vicaire général d'Angers, décède en 1598.
Perrine du Boisjourdan, dame de Joubert (en partie, Saint-Brice). C'est probablement elle qui est pourvue en 1580 prieure de Notre-Dame de Kerléano (Auray, 56), anciennement Notre-Dame du Mont [25].
Catherine du Boisjourdan, épouse René de la Guidonnière, sieur de la Bouverie.
Françoise du Boisjourdan [26].
Mathurine du Boisjourdan, épouse [27] en 1556 Georges de la Lugerie, sieur de Lugerie.
Sébastienne du Boisjourdan, épouse [28] en 1556 Philippe de Ponlevoy, sieur du Houssay.

[1] L’abbé Angot (Dictionnaire de la Mayenne), rapporte qu’il ne doit cette charge qu’à ses services militaires et à ceux des siens. Il est fort probable que c’est à cette entrée dans le cercle des grands officiers de la couronne que sa nièce Jeanne doit son mariage dans une famille de la haute noblesse de France.
[2] Charles d'Achon (Généalogie...) nous dit qu'il vivait encore au mariage de son fils.
[3] Abbé Angot, Dictionnaire de la Mayenne et Charles d'Achon, Généalogie... ne sont pas d'accord sur la date.
[4] Abbé Angot, Dictionnaire de la Mayenne.
[5] Elle était veuve en premières noces de Pierre de Benoranville.
[6] Toutes les informations suivantes proviennent de Charles d'Achon, Généalogie...
[7] Il y a là contradiction avec la date de décès de Guillaume, fils aîné et donc héritier, décédé en 1465. Charles d'Achon ne manque pas de le faire remarquer et suggère que la date de 1462 ait été altérée ou que Guillaume ne soit pas l'aîné. La succession dynastique des prénoms ferait pencher pour la première hypothèse.
[8] Cette bataille eut lieu entre Louis XI et la Ligue du Bien Public, coalition de princes et grands seigneurs, aux côtés du duc de Bourgogne. Le comte du Maine et les Normands soutenant le roi de France, on peut affirmer sans risquer de se tromper que Guillaume se battait aux côtés du roi que son père avait servi.
[9] Charles d'Achon, Généalogie...
[10] Saint-Allais la prénomme Jeanne.
[11] Il était veuf d'Olive de Thévalle, fille de Fouques de Thévalles et de Colette des Ecotais. Charles d'Achon, Généalogie...
[12] Saint-Allais, Histoire..., notice des Escotais, volume IV, page 143. Merci à Guillaume de Wailly qui nous a signlé cette notice.
[13] Il épouse en secondes noces Perrine de Sumeraine (Bernard Mayaud, Généalogies Angevines).
[14] Peut-être un Coësme.
[15] Charles d'Achon, Généalogie...
[16] Charles d'Achon, Généalogie...
[17] Toutes les informations suivantes proviennent de Charles d'Achon, Généalogie...
[18] Charles d'Achon, Généalogie...
[19] Charles d'Achon, Généalogie...
[20] Acquêt de 1520 (Bernard Mayaud, Généalogies Angevines).
[21] Abbé Angot, Dictionnaire de la Mayenne et Charles d'Achon, Généalogie...
[22] Mémoires de Condé, tome IV, édition de 1743 : Jacques Couppé "fut meurtri dans les environ du Mans, dans les premiers jours d'août 1565, par un capitaine catholique, Joachim du Bois-Jourdan, pour ce qu'il faisait profession de la Religion Réformée". Cité par M. Anne Duportal, SAHIV 1897 (tome 26), Terres et maisons nobles de Saint-Symphorien. Dans le Maine, les capitaines catholiques dont fait partie Joachim du Boisjourdan ont longtemps été rendus responsables des pires crimes et massacres des guerres de religions, mais les seules sources les rapportant étaient protestantes. Aujourd'hui, les historiens pensent que les exactions qu'on prête aux catholiques sont très exagérées, et n'ont très probablement pas surpassé celles des huguenots.
[23] L’abbé Angot (Dictionnaire de la Mayenne) rapporte qu’une nuit, au mois d’août : « le sieur de Boisjourdan alla, nonobstant tout danger, sur le pont en faire rompre deux arches afin d'empêcher les ennemis d'approcher et passer par là ». Le 2 septembre sur la brèche de Rochereuil, l’assaut est donné, mais l'ennemi est bravement repoussé écrit l’abbé Angot, rapportant La Mothe de Messemé dans ses Honnêtes loisirs : « En teste il rencontra Le May et Boisjourdan / Comme Montal, Passac, outre la Renaudie / Qui finirent tous trois en ce jour là leur vie ». Charles d'Achon, Généalogie... met cet exploit au crédit de son frère Jean.
[24] Peut-être est-ce lui le capitaine de Boisjourdan qui tient Agen en 1585, et qui est cité dans les lettres du maréchal de Matignon (Archives historiques du département de la Gironde). Ces lettres mettent en évidence le fait que le capitaine du Boisjourdan ne reçoit plus les moyens d’entretenir sa compagnie pour le roi. Le maréchal de Matignon écrit au roi (Henri III) en avril une lettre où il rappelle « le long temps que [Boisjourdan] a qu'il continue a bien servir et avec toutte fidélité ; le peu de recongnoissance qu'il en a eue jusques icy, de sorte qu'il luy est malaysé de continuer s'il ne plaist à Vostre Majesté luy en donner moien, comme je la supplie très humblement voulloir faire pour estre l'ung des vieux capitaines de ceste province, mesme de ce royaume. Aussi la très bonne volonté en quoy je l'ay tousjours treuvé et recongnu estre de s'emploier en tout ce qui deppend du bien et service de Vostre Majesté. » Ce manque de moyen força probablement Boisjourdan à entretenir sa compagnie sur ses propres fonds, accentuant encore les difficultées financières de sa famille. La compagnie de Boisjourdan ainsi que d'autres, mal payées, n'était pas toujours disciplinée et appréciée des notables locaux.
[25] SPM 1904, p. 244, Prieurés du diocèse (de Vannes), Chanoine JM Le Méné. Ce prieuré dépendanit de l'abbaye de Saint-Sulpice.
[26] Elle est connue par un partage avec ses soeurs du 14 octobre 1566 du lieu, domaine et manoir de Joubert. Charles d'Achon, Généalogie... citant un acte original issu des titres de Saint-Brice, appartenant alors à G. de Viennay.
[27] Charles d'Achon, Généalogie...
[28] Charles d'Achon, Généalogie...

 
 
 

© 1998-2010 A. de la Pinsonnais - Màj : 13 juin 2010