Page d'accueil

Accueil
Familles
Aubourg de Boury
Boisjourdan (du)
Bruc (de)
Dusoulier
Duval de la Potterie
Granger
Hochedé de la Pinsonnais
Houssaye (de la)
Jarret de la Mairie
Lescu (l'Escu)
Moraud de Callac
Rouaud de Tréguel
Rousseau de Chamoy
Saint Pol (de)
Villoutreys de Brignac (de)
Documents
ActesEnVrac
Alençon, les registres
Alençon, les protestants
Anciennes photos
Châteaubriant, le livre
Faire-part de décès
Faire-part de mariage
Officiers des fermes en 1720
Souvenirs mortuaires
Index de revues

Blog d'Archives
Divers
Cartes de Bretagne
Héraldique
Hastings
La généalogie du Christ
Le Trèfle
Les liens
www.pinsonnais.org
Rechercher sur le site
Ecrire un mess@ge
A propos du site
L'auteur
Livre d'or
Sites amis
La Sigillothèque
Tudchentil
Noblesse Bretonne
HéraldiqueGenWeb

La famille du Boisjourdan


Filiation prouvée

I Foulques du Boisjourdan, seigneur du Boisjourdan (Bouère), de Montavallon (Meslay), et de l'Hommaye (Bouère), épouse [1] Marguerite de Thévalle, fille de Jean de Thévalle, sieur de Thévalle (Cheméré-le-Roi), et de Marguerite Destrées [2].
Foulques du Boisjourdan, qui suit,
2° Peut-être Sédille du Boisjourdan, qui épouse vers 1366 Geoffroy du Chesne.
II Foulques du Boisjourdan, écuyer, seigneur du Boisjourdan, de l'Hommaye, de Montavallon et de la Carrière (La Cropte), décédé entre 1371 et 1384 [3], épouse Marguerite Lenfant, décédée après 1384, fille de Séguin Lenfant [4], seigneur de Varennes (Epineux-le-Séguin). Il augmente en 1360 la fondation de Notre-Dame du Boisjourdan. Le samedi venant après le ministère 7 mars 1369, il fait un accord avec son oncle Herbelot de Thévalles devant l'Egoulard, notaire de la cour de Bouère [5]. Il était présent à la revue du 14 février 1370 tenue à Caen par Yvon de Trémaugan, comme écuyer, dans la Compagnie à la garde et déffense du pays de Normandie deça la rivière de Seine soubz le gouvernement de M. le Comte d'Alençon [6]. Il est en 1371 au secours de Montcontour (Côtes d'Armor) avec Olivier de Clisson [7].
Jean du Boisjourdan, qui suit,
Marguerite du Boisjourdan, née après 1359, épouse 1° par contrat passé au Boisjourdan le jour de la Saint-Maurice 1381 Gervais de Launay, écuyer, sieur du Boullay, et 2° Maurice du Puisat, chevalier. [8]
III Jean du Boisjourdan, chevalier, seigneur du Boisjourdan, de l'Hommaye, de Montavallon et de la Carrière, né après 1354, présent à la bataille de Rosberg en 1382 et tué au siège de Nicopolis [9] en 1396 [10], épouse Jeanne de Beuschay, fille de Guillaume, seigneur de Beuschay. Sa femme reçoit en 1404, comme tutrice de son fils Guillaume, l'aveu de la Parentrière par Guillaume de Sacé, et elle se remarie vers 1406 à Jean de la Saugère, écuyer, seigneur de la Saugère (Châtres) et de Gautret (Gâtines), veuf de Guillemette Duchesne [11]. Le 29 janvier 1415, elle donne à son fils Guillaume la terre du Jart et 20 livres de rente, qu'elle avait acquit en son veuvage de Regnault du Maz pour 10 livres au nom de son fils et 10 livres en son nom propre. Le dit du Maz avait acquis cette rente sur la terre du Boisjourdan, auprès de Jean, père de Guillaume.
Guillaume du Boisjourdan, qui suit,
Jean du Boisjourdan, né après 1374, vivant en 1422.
IV Guillaume du Boisjourdan, seigneur du Boisjourdan, de l'Hommaye, de Montavallon, du Boullay, de la Froissière (Meslay), du Cerisay (Viré), de Villaines (Azay-le-Rideau, Indre-et-Loire) et du Plessis-Galleuz (ou Plessis-Allais, en Artannes, Indre-et-Loire), né après 1374, décédé après 1424 [12], épouse [13] le 14 ou 28 janvier 1415 devant Baudonnet, notaire à Sablé et le 28 suivant Georgette de la Saugère, fille de Jean de la Saugère [14] et de Guillemette Duchesne. Guillaume est veuf en 1424 quand il passe un acte avec la veuve d'Alain de la Saugère. Il vendit Malabry et laissa des dettes à son fils Jean [15].
Jean du Boisjourdan, qui suit.
Pierre du Boisjourdan, seigneur de Cerizay et de la Froissière, vivant en 1444 [16], décédé après 1464.
Foulques du Boisjourdan [17], seigneur du Plessis Galleuz et de Villaines, décédé après 1448 [18], épouse Catherine du Puy-du-Fou, dame d'Azay-le-Rideau (37), fille de Jean du Puy-du-Fou et de Damiette de Chastelby.
A. Charles du Boisjourdan, seigneur d'Azay-le-Rideau, aurait épousé en secondes noces Louise de Cigny, dont peut-être Jehannet du Boisjourdan, seigneur d'Azay-le-Rideau, lui-même père d'un Charles du Boisjourdan.
B. Jeanne (ou Catherine) du Boisjourdan, en partie dame d'Azay-le-Rideau, décédée avant 1497, épouse Jacques de Bueil, chevalier, comte de Sancerre, sire de Bueil et de Sagonne [19], échanson du roi Charles VIII, décédé le 8 octobre 1513, fils d'Antoine de Bueil, comte de Sancerre, chancelier du Roi [20], et de Jeanne, bâtarde de Valois [21].
i. Charles de Bueil, comte de Sancerre, baron de Vailly, tué à la bataille de Marignan en 1515, épouse Anne de Polignac [22], fille unique et héritière de Jean de Polignac.
ii. François de Bueil, chanoine en l'église de Bourges, trésorier de la Sainte-Chapelle, abbé de Plainpied, archévêque de Bourges, décédé le 25 mars 1525.
C. Jeanne du Boisjourdan, dame d'honneur de la duchesse d'Orléans, épouse [23] le 8 février 1466 Antoine Isoré [24], seigneur de Fontenay-Isoré (Saint-Bauld, 37), maître d'hôtel de Louis XI, décédé en 1497, fils de Jean Isoré.


[1] Charles d'Achon, Généalogie... : ce mariage se prouve par une transaction entre son fils Foulques et Herbelot de Thévalles, frère de Marguerite, et par l'apport de la terre de la Carrière que fait cette dernière dans la maison du Boisjourdan.
[2] Ou d'Estrées ?
[3] Année où sa femme, Marguerite Lenfant, donne le 1er mai en qualité de garde-noble de ses enfants quittance à Guillaume Bourbé, par laquelle elle se désite de ses prétentions de retrait féodal (Abbé Angot, Dictionnaire de la Mayenne et Charles d'Achon, Généalogie...). Acte pssé devant l'Egouland, notaire de la cour de Bouère. Ses enfants devaient donc être mineurs en 1384.
[4] Séguin Lenfant vend en 1329 à André de Laval, fils de Gui VIII, la châtellenie de Mellé (Charles d'Achon, Généalogie...).
[5] Charles d'Achon, Généalogie...
[6] Abbé Angot, Dictionnaire de la Mayenne et Charles d'Achon, Généalogie..., citant Dom Lobineau, Preuves pour l'histoire de Bretagne, tome II, col. 1643.
[7] Abbé Angot, Dictionnaire de la Mayenne et Charles d'Achon, Généalogie...
[8] Charles d'Achon, Généalogie...
[9] Cette bataille, qui eut lieu le 25 septembre, fut un désastre pour l'armée des croisés, mal préparés. De très nombreux chevaliers français y furent massacrés.
[10] Charles d'Achon, Généalogie...
[11] Abbé Angot, Dictionnaire de la Mayenne et Charles d'Achon, Généalogie...
[12] Abbé Angot, Dictionnaire de la Mayenne : Où il rédige son testament le 6 mars, demandant à être inhumé dans la chapelle de Notre-Dame, et faisant don à l’église d’une robe de drap d’or pour être convertie en ornements.
[13] Abbé Angot, Dictionnaire de la Mayenne. Charles d'Achon (Généalogie...) donne la date du 28 et quelques témoins : Jean de Champagné, Jean de Douay, chevalier, l'abbé de Bellebranche, le prieur de Bouère, Jean Leclerc, Jean Sevaud (sieur de la Sévaudière en Bouère), Guillaume du Rossignol et Guillaume Le Coq.
[14] Second mari de Jeanne de Beuschay.
[15] Charles d'Achon, Généalogie...
[16] Année où il reçut sa part du partage de ses parents le 4 juillet, devant Rochier, notaire à Bouère. Charles d'Achon, Généalogie...
[17] L’abbé Angot (Dictionnaire de la Mayenne) nous apprend qu’il avait une compagnie de 22 hommes d’armes et 91 archers et brigadiers à la montre d’Ancenis en 1468. Commission lui fut donnée par le roi en 1471 "de loger et faire vivre en ordre et police les gens de guerre de Monsieur de Craon". Charles d'Achon (Généalogie...) précise que cette montre fut publiée par Dom Lobineau (Preuves pour l'histoire de la Bretagne), mais dit qu'elle fut passée à Angers, c'était celle de l'armée du marquis du Pont-à-Mousson. Il donne aussi 191 archers et brigadiers plutôt que 91.
[18] Charles d'Achon, Généalogie... : il reçoit de son frère aîné en partage le 12 octobre 1448 devant Rochier, notaire à Bouère, le Plessis-Galleuz et Villaines.
[19] Père Anselme, Histoire de la Maison Royale de France et des Grands officiers de la Couronne, tome VII, p 851 : « fit deux fois le voyage d'Italie dans les armées des rois Charles VIII et Louis XII ». Il épouse en secondes noces par contrat du 3 novembre 1497 Jeanne de Sains, fille de Jean de Sains, dit l'Aigle, seigneur de Caveron, et de Jeanne de Bellesouriere, dont un fils Louis, grand échansson de France.
[20] Voir le Père Anselme pour plus d'informations sur la maison de Bueil.
[21] Fille illégitime du roi Charles VII et d'Agnès Sorel.
[22] Père Anselme, Histoire... : ils sont qualifiés de cousins et cousines du roi et de la régente. Anne de Polignac se remarie avec François II, comte de la Rochefoucaud.
[23] Charles d'Achon, Généalogie... Elle aurait reçu un don en 1466 pour l'aider à acheter les robes dont elle avait besoin pour son mariage.
[24] Il était veuf d'Anette de Besilles.
 
 
 

© 1998-2010 A. de la Pinsonnais - Màj : 13 juin 2010